Fondation du doute

La Fondation du doute est un lieu vivant d’apprentissage, d’exposition, d’expression et d’interrogation sur l’art grâce à sa collection d’art contemporain, une place active où règne l’esprit « Fluxus ».

La Fondation du doute est fermée pendant le second confinement lié à la pandémie de coronavirus. Consultez notre page dédiée au Covid-19 pour en savoir plus.

Créer c’est douter, douter c’est créer.

Portée par l’artiste Ben, la Fondation du doute n’est ni un musée, ni un centre d’art. C’est un lieu original qui promeut l’importance de la non-importance, les détails de la vie, le tout possible, les idées, l’humour, la théorie, le manifeste, l’action et, comme l’imagine Ben, un « art total » L’esprit Fluxus y règne.

Court aperçu de la Fondation du doute par Ben

L’état d’esprit Fluxus

Le mot « fluxus » (flux, courant) a été choisi en 1961 par George Maciunas pour désigner le courant du non-art. Plus largement, Fluxus est un état d’esprit rassemblant des artistes de toutes nationalités autour des idéaux de liberté, d’amitié et de partage. Durant près de vingt ans, le courant est resté fidèle à son humour provocant, au dépassement des limites de la pratique artistique et à son désir d’abolir toute frontière entre l’art et la vie.

Collection permanente

Les œuvres autour du courant et de l’esprit Fluxus sont exposées sur deux étages. La visite propose une déambulation labyrinthique de salles en salles, avec Allan Kaprow, Wolf Vostell, Philipp Corner, Ben, Nam June Paik, Daniel Spoerri, etc. Ces espaces fermés laissent découvrir les oeuvres par surprise. Au second étage sont rassemblées différentes œuvres historiques du courant, sur un grand plateau ouvert de 400 m². On y retrouve les créations de George Maciunas, George Brecht, Yoko Ono, John Cage, Robert Filliou, Joseph Beuys, etc.

Exposition temporaire

Un pavillon d'exposition, installé au coeur du cloître du 19e siècle et entièrement vitré, est dédié à une programmation d’événements, d’expositions, de conférences ou de concerts, de projections vidéos, etc. Cet espace de 210 m² modulables est en connexion directe avec les espaces de la Fondation du doute et les collections. L’accès est libre et gratuit.

Cour du doute et mur des mots

L’accès à la Fondation du doute s’effectue par la Cour du doute, côté rue de la Paix. On y retrouve le monumental Mur des mots, commande publique réalisée par Ben en 1995. Sur trente mètres de long et douze mètres de haut, l’artiste y a accroché près de 300 tableaux-écritures. La Cour du doute est également le théâtre d'événements en été (concerts, performances, rencontres, etc.).

Café Le Fluxus

Entièrement aménagé par Ben et conçu comme une œuvre, le Café Le Fluxus est un lieu de convivialité et de programmation artistique. Un bar, des tables-expositions, des canapés, des bibliothèques de livres et une scène sont libres d’accès et précèdent la montée aux étages et à la collection permanente.

Lieu d’apprentissage

L’école d’art et le conservatoire de musique et de théâtre de Blois-Agglopolys s’associent régulièrement à la Fondation du doute, dont ils partagent le lieu, pour produire un enseignement singulier ouvrant sur de nouvelles perspectives : art vidéo, happening et performances, musique action, cinéma expérimental, etc.

Chiffres clés de la Fondation

  • 1 500 m² d’exposition
  • 300 œuvres
  • 50 artistes

Focus : Ben Vautier

Né en 1935, Ben, de son vrai nom Benjamin Vautier, est un artiste connu pour ses actions et ses peintures-écritures. Sa production interroge sur l’art, dans ce qu’il a de plus fondamental, et en y intègre notre quotidien, dans ce qu’il a de plus particulier. On retrouve dans son œuvre des univers traditionnellement éloignés du champ artistique, comme l’ethnisme, l’ego ou la vérité.

Anciennement musée de l’Objet

La Fondation du doute et les collections assemblées par l’artiste Ben et les collectionneurs italiens Gino di Maggio et Caterina Gualco succèdent au Musée de l’objet et à sa collection Éric-Fabre. Pendant seize ans le musée a exposé plus de 130 œuvres d’artistes majeurs des grands courants du 20e siècle.

 

© OpenStreetMap contributors