vie associative cohésion sociale

Marie Marchand : le partage sans compter

Présidente du Réseau d’échanges réciproques de savoirs (Rers) de Blois, Marie Marchand, est impliquée dans cette association depuis 17 ans et vit dans les quartiers Nord depuis 1966.

Publié le

Le Réseau d’échanges réciproques de savoirs (RERS), association internationale, part du principe que chaque personne a un savoir qu’elle peut transmettre à quelqu’un et que tous les savoirs ont une valeur.

Marie Marchand en fait partie depuis 2002. Elle en a été la présidente de 2006 à 2009, puis l’est de nouveau depuis 2016. Elle est épaulée par un salarié qui gère le volet administratif et la permanence. J’étais comptable, et arrivée à la retraite, j’ai eu envie de faire partie d’une association.

Le principe du Rers m’a plu : il n’y a pas de cotisation, la cotisation est le savoir : chacune et chacun est amené à donner et recevoir.

Des échanges sur des besoins spécifiques peuvent être organisés et des ateliers sont proposés régulièrement : apprentissage du français, cuisine, randonnée, travaux manuels… Un partenariat a été établi avec l’Espace Mirabeau où de nombreuses activités se déroulent. L’apprentissage du Français, notamment auprès de réfugiés, est l’un des principaux échanges. Et l’entraide se poursuit parfois au-delà de l’association. J’ai hébergé plusieurs fois chez moi des demandeurs d’asile qui n’avaient pas de toit, jusqu’à ce qu’ils soient régularisés et trouvent un travail.

Une centaine de personnes fait partie du Rers de Blois et participent aussi aux différents évènements organisés par la Ville tout au long de l’année, comme la semaine Elles, les Rendez-vous de l’Histoire, Des Lyres d’hiver ou encore dernièrement le Carnaval.

Plus d’informations sur le RERS : rersblois@free.fr ou 02 54 45 13 65

Vous & Blois

Quel est votre endroit préféré à Blois ?

C’est très agréable de faire du vélo sur les bords de Loire avec mon mari. Mais je passe beaucoup de temps à l’Espace Mirabeau. J’aime les quartiers Nord avec la diversité de la population qui fait qu’il y a une grande richesse culturelle.

Que représente Blois pour vous ?

J’ai fait ma vie à Blois depuis que je m’y suis installée à 18 ans et j’y ai rencontré mon mari. J’ai vu aussi la ville évoluer depuis 1966, notamment la zone d’urbanisme prioritaire se construire et se déconstruire.